L’Amer Amante

Aux pointes du monde tu noies Cybèle,
Et en mer encore, j’abhorre ton étreinte luxuriante. 
Au loin tu files les soleils levant,
par la traîne des crépuscules.

Incontournable serpent de ciel et terre, 
reptile concentrique sans début ni fin, 
ton fil quotidien me revient chaque matin, 
passant mes fers sans les défaire.

Tous les matins tu m’éveilles, 
les soirs tu m’endors,
et de tes baisers encore,
je garde les sommeils.

Geo M

Toute l’actualité du collectif Spass, de la revue Voyons voir, de la compile 100% jouir et autres festivités dans ta boite mail.

Inscris-toi à notre newsletter!

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.